Tout Pourri Musique Index du Forum Tout Pourri Musique
Musiques classiques et contemporaines
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Pornographie et obscenité
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tout Pourri Musique Index du Forum -> Actualités musicales, événements...
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Garovirus



Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 3370

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 13:34    Sujet du message: Répondre en citant

Bonusmalus manque un peu de précision, il aurait sans doute dû écrire: musique savante occidentale (ou musique d'art) plutôt que musique classique. Mais c'est bien une usurpation d'identité qui est reprochée à Dick et à Dédé.
_________________
Sauver le rot
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Garovirus



Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 3370

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 13:38    Sujet du message: Répondre en citant

Bélaud a écrit:
Au moins, Aga, lui n'a pas une vision culturelle de la musique, ça le rend sympathique !
Bon, un peu utilitaire sur les bords, mais il y a pire...


Oui utilitaire et sympathique, mais utilitaire de classe. En effet, pour honorer sa rousse, il ne saurait aller à un concert de Lady Gaga pour les préliminaires. Donc Aga est comme les mecs qu'il méprisent parce qu'ils méprisent eux mêmes les bidochons qui vont au concert de Rieu. Mr. Green
_________________
Sauver le rot
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nauséabond 007



Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 3538
Localisation: incertaine

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 13:43    Sujet du message: Répondre en citant

Garovirus a écrit:
Bélaud a écrit:
Au moins, Aga, lui n'a pas une vision culturelle de la musique, ça le rend sympathique !
Bon, un peu utilitaire sur les bords, mais il y a pire...


Oui utilitaire et sympathique, mais utilitaire de classe. En effet, pour honorer sa rousse, il ne saurait aller à un concert de Lady Gaga pour les préliminaires. Donc Aga est comme les mecs qu'il méprisent parce qu'ils méprisent eux mêmes les bidochons qui vont au concert de Rieu. Mr. Green


Sans compter qu'Agaga est une sorte de prototype du Bidochon sur ce forum... Razz
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
agamemnon



Inscrit le: 14 Nov 2008
Messages: 3360

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 13:45    Sujet du message: Répondre en citant

C'est ça qui te gène Nausé ? L'image de toi-même que je te renvoie ? La flamboyance hirsute ?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isabelle



Inscrit le: 10 Jan 2009
Messages: 279

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 14:56    Sujet du message: Répondre en citant

A propos de Bidochon, un petit cadeau de Noël, à faire aux amateurs de piano :

http://www.amazon.fr/Haut-gamme-1-Bas/dp/2205064762/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1292248429&sr=8-1
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Garovirus



Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 3370

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 14:57    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai Wink
C'est frustrant car c'est trop court. Mais, les archetypes y sont bien croqués.
_________________
Sauver le rot
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bélaud



Inscrit le: 14 Nov 2008
Messages: 590
Localisation: 92

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 15:20    Sujet du message: Répondre en citant

Nauséabond 007 a écrit:
Bélaud a écrit:
Sur le forum d'élite Pianomajeur, le sympathique gladiateur bonusmalus dans la fosse aux lions "mêê pourquoi musique classique=guindée mêêheeuuh ?".

Un débat passionné sur André Rieu est en cours.
Je cite Bonusmalus : Mais non. Il ne leur est pas reproché de faire de la musique pour l'argent. Il leur est reproché de faire de la merde pour l'argent en l'étiquetant musique classique. Ce qui leur est reproché c'est une sorte d'usurpation d'identité (culturelle). Cette usurpation étant faite, elle, pour de l'argent.

C'est exact, mais incomplet pour éclairer la lanterne des débiles de ce forum. Il faut aller au bout du raisonnement : les gens bien comme il faut du milieu "klââssique" (et leurs adorateurs génufléchissant comme ceux de Pianomajeur) affichent leur haine et leur mépris bien pensant de Rieu, parce que Rieu leur renvoie exactement l'image d'eux-mêmes qu'ils s'ingénient à cacher au public.
Une image de fossoyeur de la musique d'art (la musica d'arte, comme dit Pollini), à laquelle ils substituent la musique culturelle (jouée par des interprètes "musicaux" bien comme il faut, culculturels et popoétiques, plein de justesse stylistique-tic).
Du coup, en effet, ils crient à l'usurpation d'identité culturelle, comme le dit très bien bonumalus : mais donc... c'est bien qu'ils s'occupent de la même chose et entretiennent le même rapport à l'art musical que Rieu lui-même ! Non ?
Shocked


Bonusmalus se trompe en partie : M. Rieu fait bien de (dans) la "musique classique", c'est son job. Pourtant, il est un artisan des métiers du produit culturel, et non pas, improprement, un artisan des métiers de la Culture... Où est le problème, alors ? Dans le fait (comme le disait et redisait ggd sur Abeille Musique et repris ici confusément par Théo qui pourtant le combattait pied à pied à l'époque) que le vocable musique classique est volontairement utilisé par le Commerce — ou capitalisme (libéralisme) — comme unique emballage du produit culturel et/ou de l'œuvre d'art (la Culture)... La confusion est délibérée car reflétant puissamment l'idéologie progressiss' (Mêêê-68 et dérivés), le goût du jour : tout se vaut... Le goût étant toujours le goût de la classe dominante, aujourd'hui la petite-bourgeoisie et ses clercs, l'intelligentsia et l'industrie médiatique, éternels parasites et principaux bénéficiaires du marché du culturel, mais aussi de la (grande) Culture — en crise car notre civilisation l'est...

Théo Bélaud dans sa critique du dernier concert de Yundi Li, à Paris : « Yundi Li : il s'agit du triomphe d'une idéologie (et non d'une pseudo tolérance, quoique cela revienne presque au même), aujourd'hui quasi-totalitaire dans le monde musical : cette idéologie nihiliste qui veut que tous les interprètes soient d'abord des "personnalités", des "artistes" au sens culturo-marchand, ce qui constitue l'exacte raison pour laquelle il sont tous interchangeables, et qu'un Yundi Li soit un artiste Deutsche Grammophon, au même titre que Maurizio Pollini. Après tout, ils ont remporté le même concours, non ? Ainsi l'horreur peut-elle s'avancer, tranquille. Rien ou presque ne la perturbera. Qu'ils sont insensés, ceux qui tentent de croire qu'on ne vit pas les dernières décades du Bas-Empire.
Vivez-les comme si vous étiez, tant qu'à faire. »


Confusion absolue, et contradiction schizophrénique (névrotique ?) : toute la critique précédant ce dernier paragraphe est écrite par l'auteur à partir de critères purement techniques, culturels et commerciaux. On cherche désespérément dans l'avalanche phraséologique de la critique de ce concert par M. Bélaud des référents esthétiques, stylistiques, musicologiques ou simplement historiques qui, seuls, permettraient de faire le distinguo entre une prestation culturo-marchande (idéologique : de "musique musicalisante") et une approche, un éclairage sur une œuvre d'art, comme un galeriste proposant une exposition conceptuelle d'une partie de l'œuvre peint d'un maître. Pour juger l'interprétation d'une musique "muséale", encore faudrait-il en posséder les outils intellectifs...

Pis : c'est bien parce que M. Bélaud n'utilise que des référents culturels (dans le goût du jour) pour sa critique qu'il devrait bien au contraire s'enthousiasmer de la prestation fournie par le pianiste Yundi Li ce jour-là : il lui était proposé un produit culturel d'un bon rapport qualité/prix. Non ?... Shocked


Au contraire, le critère de distinction entre sphère culturo-marchande (musique klââssique, Yundi Li) et la sphère artistique (Pollini : musica d'arte), est que les productions de la première se légitiment à coup de concepts culturels plus ou moins bidons (style, histoire, visions des oeuvres), alors que celles de la seconde, n'ayant nul besoin de légitimation, n'ont qu'à être techniquement décrites.

Quand on décrit techniquement les productions de la sphère culturo-marchande, en revanche, elles s'écroulent...

Qu'est-ce qui définit un grand art ? Des règles techniques et, dans le cas de la compréhension des œuvres elles-mêmes, techniques et abstraites.
Qu'est-ce qui définit l'art culturel ? Des concepts fumeux : on pourrait même dire, des écrans de fumée conceptuels ("Yundi Li joue très bien Chopin car il le joue avec le style adéquat" : on a mis un concept fumeux (le style) en écran à l'écoute, et ainsi on l'a brouillée).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Garovirus



Inscrit le: 15 Nov 2008
Messages: 3370

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 16:15    Sujet du message: Répondre en citant

Mouais... Avec un discours aussi tranché sur le style, c'est un coup à se prendre les pieds dans le tapis. Ou alors, il faut que tu nous rappelles ce que tu mets dans la technique: vaste programme Laughing
_________________
Sauver le rot
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nauséabond 007



Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 3538
Localisation: incertaine

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 16:24    Sujet du message: Répondre en citant

Bélaud a écrit:
Nauséabond 007 a écrit:
Bélaud a écrit:
Sur le forum d'élite Pianomajeur, le sympathique gladiateur bonusmalus dans la fosse aux lions "mêê pourquoi musique classique=guindée mêêheeuuh ?".

Un débat passionné sur André Rieu est en cours.
Je cite Bonusmalus : Mais non. Il ne leur est pas reproché de faire de la musique pour l'argent. Il leur est reproché de faire de la merde pour l'argent en l'étiquetant musique classique. Ce qui leur est reproché c'est une sorte d'usurpation d'identité (culturelle). Cette usurpation étant faite, elle, pour de l'argent.

C'est exact, mais incomplet pour éclairer la lanterne des débiles de ce forum. Il faut aller au bout du raisonnement : les gens bien comme il faut du milieu "klââssique" (et leurs adorateurs génufléchissant comme ceux de Pianomajeur) affichent leur haine et leur mépris bien pensant de Rieu, parce que Rieu leur renvoie exactement l'image d'eux-mêmes qu'ils s'ingénient à cacher au public.
Une image de fossoyeur de la musique d'art (la musica d'arte, comme dit Pollini), à laquelle ils substituent la musique culturelle (jouée par des interprètes "musicaux" bien comme il faut, culculturels et popoétiques, plein de justesse stylistique-tic).
Du coup, en effet, ils crient à l'usurpation d'identité culturelle, comme le dit très bien bonumalus : mais donc... c'est bien qu'ils s'occupent de la même chose et entretiennent le même rapport à l'art musical que Rieu lui-même ! Non ?
Shocked


Bonusmalus se trompe en partie : M. Rieu fait bien de (dans) la "musique classique", c'est son job. Pourtant, il est un artisan des métiers du produit culturel, et non pas, improprement, un artisan des métiers de la Culture... Où est le problème, alors ? Dans le fait (comme le disait et redisait ggd sur Abeille Musique et repris ici confusément par Théo qui pourtant le combattait pied à pied à l'époque) que le vocable musique classique est volontairement utilisé par le Commerce — ou capitalisme (libéralisme) — comme unique emballage du produit culturel et/ou de l'œuvre d'art (la Culture)... La confusion est délibérée car reflétant puissamment l'idéologie progressiss' (Mêêê-68 et dérivés), le goût du jour : tout se vaut... Le goût étant toujours le goût de la classe dominante, aujourd'hui la petite-bourgeoisie et ses clercs, l'intelligentsia et l'industrie médiatique, éternels parasites et principaux bénéficiaires du marché du culturel, mais aussi de la (grande) Culture — en crise car notre civilisation l'est...

Théo Bélaud dans sa critique du dernier concert de Yundi Li, à Paris : « Yundi Li : il s'agit du triomphe d'une idéologie (et non d'une pseudo tolérance, quoique cela revienne presque au même), aujourd'hui quasi-totalitaire dans le monde musical : cette idéologie nihiliste qui veut que tous les interprètes soient d'abord des "personnalités", des "artistes" au sens culturo-marchand, ce qui constitue l'exacte raison pour laquelle il sont tous interchangeables, et qu'un Yundi Li soit un artiste Deutsche Grammophon, au même titre que Maurizio Pollini. Après tout, ils ont remporté le même concours, non ? Ainsi l'horreur peut-elle s'avancer, tranquille. Rien ou presque ne la perturbera. Qu'ils sont insensés, ceux qui tentent de croire qu'on ne vit pas les dernières décades du Bas-Empire.
Vivez-les comme si vous étiez, tant qu'à faire. »


Confusion absolue, et contradiction schizophrénique (névrotique ?) : toute la critique précédant ce dernier paragraphe est écrite par l'auteur à partir de critères purement techniques, culturels et commerciaux. On cherche désespérément dans l'avalanche phraséologique de la critique de ce concert par M. Bélaud des référents esthétiques, stylistiques, musicologiques ou simplement historiques qui, seuls, permettraient de faire le distinguo entre une prestation culturo-marchande (idéologique : de "musique musicalisante") et une approche, un éclairage sur une œuvre d'art, comme un galeriste proposant une exposition conceptuelle d'une partie de l'œuvre peint d'un maître. Pour juger l'interprétation d'une musique "muséale", encore faudrait-il en posséder les outils intellectifs...

Pis : c'est bien parce que M. Bélaud n'utilise que des référents culturels (dans le goût du jour) pour sa critique qu'il devrait bien au contraire s'enthousiasmer de la prestation fournie par le pianiste Yundi Li ce jour-là : il lui était proposé un produit culturel d'un bon rapport qualité/prix. Non ?... Shocked


Au contraire, le critère de distinction entre sphère culturo-marchande (musique klââssique, Yundi Li) et la sphère artistique (Pollini : musica d'arte), est que les productions de la première se légitiment à coup de concepts culturels plus ou moins bidons (style, histoire, visions des oeuvres), alors que celles de la seconde, n'ayant nul besoin de légitimation, n'ont qu'à être techniquement décrites.
Quand on décrit techniquement les productions de la sphère culturo-marchande, en revanche, elles s'écroulent...

Je comprends bien ce que veut dire « sphère culturalo-marchande » (et non pas culturo-marchande comme je l'ai écrit moi-même par erreur) — concept suffisamment flou et souple pour susciter discussion et confrontation —, mais « sphère artistique » est un concept (si c'en est un) ni flou ni souple, mais plutôt nébuleux, brouillasseux si j'ose dire... Enfumage généraliste propice aux petites affaires de la sphère journalistico-commerciales...
Citation:


Qu'est-ce qui définit un grand art ? Des règles techniques et, dans le cas de la compréhension des œuvres elles-mêmes, techniques et abstraites.
Qu'est-ce qui définit l'art culturel ? Des concepts fumeux : on pourrait même dire, des écrans de fumée conceptuels ("Yundi Li joue très bien Chopin car il le joue avec le style adéquat" : on a mis un concept fumeux (le style) en écran à l'écoute, et ainsi on l'a brouillée).

Techniquement, il n'y a pas plus à décrire entre Pollini et Yundi qu'entre deux élèves du second degré de conservatoire le jour de l'audition de fin d'année...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bélaud



Inscrit le: 14 Nov 2008
Messages: 590
Localisation: 92

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 17:47    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a toute la différence entre l'art et la fausse-monnaie, la réplique de mauvais goût pour nouveau riche.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nauséabond 007



Inscrit le: 16 Nov 2008
Messages: 3538
Localisation: incertaine

MessagePosté le: Lun 13 Déc 2010 18:05    Sujet du message: Répondre en citant

Bélaud a écrit:
Il y a toute la différence entre l'art et la fausse-monnaie, la réplique de mauvais goût pour nouveau riche.

Le kitsch, en somme...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bélaud



Inscrit le: 14 Nov 2008
Messages: 590
Localisation: 92

MessagePosté le: Mer 22 Déc 2010 11:10    Sujet du message: Répondre en citant

La distinction du nouveau riche.
http://www.youtube.com/watch?v=UvYG4DgICwE&feature=related
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tout Pourri Musique Index du Forum -> Actualités musicales, événements... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Service fourni par VosForums.com © 2004 - 2017 | Signaler un contenu illicite | Forum gratuit | Créer un blog | Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
phpBB SEO | Traduction par : phpBB-fr.com